Et si être égoïste était une qualité ?

J’entends déjà jaillir au loin un « Oula égoïste et qualité dans la même phrase, ça doit être une erreur ? ».

Non, ce n’est pas une erreur, souvent voire toujours présenté comme un défaut , l’égoïsme est selon Le Robert , un « attachement excessif à soi-même qui fait que l’on recherche exclusivement son plaisir et son intérêt personnels « .

Or, à partir de quand considérons-nous cet attachement « excessif »?

Selon moi, l’excessivité de notre attachement à nous-mêmes, nous est définie par les autres au moment où ils nous jetteront à la figure un « égoïste ! ».

Toutefois, bien que consciente de la nécessité de prendre en compte les désirs et besoins des autres dans la société dans laquelle nous vivons, je trouve que la pression qu’elle exerce sur notre personne et notre individualité peut-être écrasante et étouffante au point de nous contraindre à nous oublier et là les Meufines je dis NON.

Alors, oui je suis égoïste et pour moi ça ne doit pas être unanimement un défaut mais également une qualité.

En effet, on reconnaît avec plaisir l’altruisme cette « disposition à s’intéresser et se dévouer à autrui » en tant que qualité et dans ce cas-ci aucune limite n’est posée, aucune excessivité n’est envisagée ?

Le terme « dévoué » par ailleurs et si fort et si représentatif de l’idée générale, selon laquelle nous devons nous oublier pour plaire et contenter les autres que je ne peux rester silencieuse.

Pourquoi acceptons-nous de nous effacer au profit des autres ? Je ne dis pas qu’il faille penser à soi uniquement à soi, écraser les autres, leur cracher à la figure et demeurer impérativement insensible à leur personne.

Je dis simplement qu’à un moment donné c’est-à-dire dès que vous en ressentez le besoin, il faut penser à vous AVANT TOUT.

Combien d’entre nous se sont déjà empêchés de réaliser quelque chose par peur du « qu’en dira-t-on » ou bien parce qu’untel n’était pas d’accord ?

Pourquoi laissons-nous autant les envies et les intérêts des autres influer sur nos propres envies ?

Tout simplement, par peur de dire non, par peur de s’affirmer et aussi par manque de confiance en nous.

Pourquoi l’avis de quelqu’un d’autre serait plus pertinent ou important que le vôtre si ce n’est pour l’autorité qu’il exerce sur vous ? Je ne dis pas qu’il faille être psychorigide et égocentrique, mais se considérer soi-même avant de considérer les autres quand le besoin se fait sentir.

Je vais prendre mon exemple, depuis toute petite je voulais être avocate, c’était mon choix et j’ai tout fait pour intégrer l’université de mes rêves, j’y suis parvenue, mais après avoir redoublé ma première année de droit et constatée que je n’étais PAS DU TOUT épanouie dans ce domaine et que je m’y oubliais totalement j’ai dis STOP.

Seulement, ça m’a pris du temps, pourquoi ? Par peur de décevoir mon entourage, personne ne m’avait forcé à étudier le droit mais je voyais comme ils étaient fiers de m’imaginer grande avocate et j’en arrivais à culpabiliser à l’idée de vouloir autre chose…

N’est-ce pas triste ? Dans mon cas ça se termine bien car j’ai finalement assumé mon choix et me suis réorientée dans l’immobilier mais combien de personnes se sont tus ? Combien se lèvent chaque jour pour exercer un métier qu’ils n’aiment pas ? Combien rendent service à contre-coeur ? Combien pratiquent une activité pour faire vivre à travers eux le rêve de leurs parents ?

Lucien Guitry, comédien français a dit  » l’égoïste est celui qui n’emploie pas toutes les minutes de sa vie à assurer le bonheur de tous les autres égoïstes ».

Or, ne nous voilons pas la face un égoïste sommeille en chacun de nous, certains l’assument simplement plus que d’autres et cela ne veut pas dire que ce sont de mauvaises personnes, mais simplement qu’elles ont décidé de « valider leur existence » et donc de prendre en compte leurs propres envies pour mener leur vie.

Alors, si je peux donner un conseil à toutes les personnes qui comme moi auparavant, font plus pour les autres qu’elles ne font pour elles-mêmes, qui font tout pour aider les autres à s’en sortir alors qu’elles sont elles-mêmes parfois au bout du rouleau : pensez d’abord à vous, car ce n’est pas en vous effaçant que vous aiderez les autres, mais en leur montrant l’exemple et en leur prouvant qu’ils existent aussi, que chacune des personnes de ce monde est une personne à part entière qui doit se prendre elle-même en main.

Conseils pour la Meufine qui sait être égoïste quand le besoin se fait sentir :

  • Penser à soi et avant tout à soi à chaque fois que vous sentez que vous êtes en train de laisser les autres décider pour vous dans un des domaines les plus importants de votre vie .
  • Penser à soi et avant tout à soi et s’aider soi-même avant d’aider les autres.
  • N’oubliez pas que nous n’avons qu’une vie et que chacun a le pouvoir de prendre en main la sienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *